J’ai craqué lorsque j’ai rencontré Chloé, la jeune créatrice d’accessoires vintage. C’était lors d’un pop un store de créateurs au mois dernier. Elle portait un de ses turbans qu’elle fabrique elle-même dans son atelier à Paris. J’ai tout de suite été attirée par de style des headbands : un côté vintage et éminemment féminin. En plus, ces accessoires sont très pratiques car ils renferment un fil de fer de façon à les maintenir sur la tête toute la journée sans problème ! Zoom Nicole, marque française qui utilise la technique de l’upcycling pour créer de belles choses.

Bonjour Chloé, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Originaire des bords de Loire, j’ai grandi dans la nature, assez isolée à vrai dire mais sans pour autant sauvageonne. J’ai toujours aimé les autres, l’ouverture, le vintage, les voyages et les idées. Je me suis d’abord dirigée en communication pour me former tout en sentant que j’avais une part de créativité en suspens, inexploitée. Je l’ai cherchée dans plusieurs moyens d’expression, un peu de musique, un peu de photo, un peu de poterie… mais pas de réel déclic. C’est quand ma maman m’a mis une machine à coudre entre les mains que j’ai pu l’exprimer.

Quand as-tu démarré ta marque et d’où t’es venue l’idée ?

J’ai pris goût à la couture en voyant ma mère à l’oeuvre. Douce et minutieuse, elle m’a appris les bases et offert une machine pour mes 25 ans.
Passionnée de brocante et de mode vintage depuis des années, je me suis très vite amusée à upcycler des pièces. Je me suis lancée dans le turban pour dompter mes cheveux au départ, ceux de mes amies puis de leurs amies. en voyant l’émulation, je n’ai jamais cessé ! Et, Nicole est née 🙂

Peux-tu nous en dire plus sur Nicole ?

Nicole est une toute jeune marque, spécialisée dans les turbans.
Je réalise tous mes modèles à la main dans mon atelier parisien et mise sur l’upcycling en sélectionnant, chinant mes tissus dans les matières existantes et nobles.
Mes collections sont donc limitées à quelques exemplaires seulement.
La petite particularité : une armature y est intégrée, permettant de maintenir aisément le turban sur la tête et de créer le noeud que l’on souhaite, plat ou en volume.

Pourquoi le nom de Nicole pour ta marque ?

Nicole est avant tout un personnage rétro, une véritable pin up des temps modernes.
C’est pour moi l’incarnation de mon positionnement résolument vintage, tant part les matières que j’upcycle que part le style de mes créations.

As-tu des conseils sur la façon de porter tes turbans ?

Le turban Nicole se porte d’une multitude de façon. L’armature intégrée permet de réaliser un noeud unique, singulier, plat ou en volume, selon le style et le rendu que l’on souhaite.
Je dirai qu’il y a autant de façons de porter le turban qu’il y a de jours dans une semaine.

Quelle tenue serait la plus adaptée à tes turbans ?

Uni ou à motifs, mat ou satiné, rayé ou fleurit. Le turban peut aussi bien sublimer une robe de cocktail qu’une tenue de festivalier.
Je dirai que tout est dans le noeud ! Un noeud plat ou graphique (en volume) sera davantage chic ou bohème tandis qu’un noeud en fleur (en volume) aura un rendu plus rétro ou urbain.
C’est un peu la magie de cet accessoire « caméléon ». Selon le noeud que l’on crée, on donne une touche décontractée ou « rehaussée » à notre tenue.

 

As-tu une anecdote sur Nicole à nous partager ?

L’an passé, le chanteur d’un groupe – vaguement croisé deux ans plus tôt – me contacte pour accessoiriser leurs tenues sur scène. On s’est vus pour qu’il choisisse les turbans et, de ce jour… on ne s’est plus jamais quittés.
Une passion en entraine souvent d’autres, inattendues ! c’est un cercle vertueux.

Comment envisages-tu la suite de ta marque ?

Le turban est le point de départ de mon ancrage vintage. Il est et restera le produit phare et l’ADN de Nicole mais … de nouvelles créations pointent leur nez, toujours dans un style résolument rétro !

Aurais-tu quelques mots à dire sur ta vision de la mode éthique ?

Je pense que la mode éthique s’inscrit pleinement dans une vision responsable. Au même titre que la consommation au sens large, nous prenons aujourd’hui conscience de cette nécessité de privilégier la qualité à la quantité. Mesurer notre impact, opter pour les solutions durables et se sentir en phase avec les marques et produits que l’on consomme, tel est le chemin que nous devons progressivement emprunter.
Notre éveil sur les mauvaises pratiques de la production de masse doit nous faire réagir pour ne plus les cautionner et encore moins les entretenir.
Tant de matières nobles et de tissus de qualités sont aujourd’hui délaissés alors qu’un autre regard porté sur eux, un simple détournement peuvent tout simplement leur redonner vie et attrait.
Plus qu’une conviction qui m’est propre, c’est aujourd’hui à mes yeux un enjeu commun que de s’habiller et consommer avec éthique.

Un grand merci à elle d’avoir répondu à mes questions ! Je trouve cela tellement inspirant de voir le chemin de vie de chacun et entendre ses points de vues. J’espère que l’article vous a plu également 🙂

A bientôt,

Lucyness