Vous êtes en pharmacie ou en grande surface et pour une fois, vous décidez de retourner le produit cosmétique que vous êtes sur le point d’acheter, pour tenter de décrypter sa composition. Le caractère interminable mais aussi incompréhensible de cette liste vous fait rapidement abandonner. Mais pourquoi cet enchainement de noms barbares ? Pourquoi autant d’ingrédients ? Dans cet article, nous vous prodiguons les conseils et astuces pour tenter de déceler le mystère de cette liste.

Qu’est-ce qu’une liste INCI ?

La liste d’ingrédients est une liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) : les ingrédients y sont inscrits sous leur nom chimique, c’est une dénomination commune qui permet de garder ces mêmes noms quel que soit le pays. En France, la liste INCI doit obligatoirement figurer sur l’étiquette d’un produit cosmétique.

Comment être armé(e)s pour décrypter au mieux une composition et vous faire votre propre avis, face à la multitude de stratégies marketing utilisées ?

Sur l’étiquette d’un produit cosmétique, les ingrédients sont classés par ordre décroissant de concentration : le premier ingrédient est celui qui est le plus concentré et représente la majorité du produit, et le dernier est l’ingrédient qui est le moins concentré.
Par exemple, si vous trouvez un produit « à l’extrait de rose et de gingembre », jetez un œil à la liste INCI pour voir si votre produit est composé majoritairement de ces extraits dont les mérites sont vantés : si ils sont à la fin, c’est qu’ils ne représentent qu’une très faible proportion du produit, et n’auront donc que peu d’effets escomptés.

Dans la majorité des cas, le moins il y a d’ingrédients dans la composition d’un produit, le mieux cela est.

Quelques ingrédients à éviter dans vos cosmétiques

Dérivés du paraben : le paraben bouche les pores de la peau, et suspecté d’être un perturbateur endocrinien.

Glycérine : bon émollient, mais si il y en a plus de 7% du mélange total, va assécher la peau. C’est donc un bon ingrédient mais à manier avec précaution.

MIT (methylchloroisothiazolinone / methylisothiazolinone) : conservateur possiblement allergisant.

Iodopropynyl : conservateur qui peut agir sur l’humeur, la croissance, la libido ; tous les dérivés organiques de l’iode, donc qui commencent par un préfixe « iodo » sont très allergisants.

Sulfates : ce sont des tensioactifs. Évitez de préférence le « Sodium Lauryl Sulfate » (SLS) qui est le plus irritant. Il permet à la substance de mousser, tellement bien que cela en devient irritant, desséchant et allergisant.

♦ Certains colorants, surtout le E171 : suspecté d’être un perturbateur endocrinien.

Parfums : le souci est que la composition du parfum n’est pas révélée, selon le mélange il peut avoir un pouvoir irritant pour les peaux sensibles, voire causer des brûlures sur des peaux déjà endommagées.

Silicones : on les repère par leur suffixe en « thicone » ou « silane ». De nature hydrophobes, ils gainent les cheveux, les lissent tout en les protégeant de l’humidité. Ces agents coiffants améliorent le fini et la texture du produit. Toutefois, cet effet occlusif hors pair étouffe les cheveux à long terme : cela explique pourquoi la première utilisation d’un produit coiffant à base de silicones vous donnera une très bonne impression, la gaine se mettant en place.

Ammoniac : entre souvent dans la composition des colorations et défrisages, reconnaissable par leur odeur nauséabonde. Ils cassent les cheveux à la racine en détruisant la structure interne du cheveu (constituée de ponts disulfures (SS)).

EDTA : conservateur qui contribue a la stabilité des cosmétiques, très irritant pour les yeux (attention shampooing) et polluant pour la nature.

Pour plus de détails, je vous invite à lire cet article de l’association de consommateur UFC-Que Choisir.

À savoir sur les cosmétiques naturels

Lors d’une transition vers des produits naturels, vous aurez cette impression de voir l’état de vos cheveux se dégrader alors qu’en fait, votre gaine ayant disparu, vos cheveux sont mis à nus. Leur véritable état est ainsi révélé. Un conseil : persévérez, les résultats de vos cheveux en meilleure santé se verront a fortiori.

Un bon produit ne répond pas aux mêmes critères pour chacun(e) d’entre nous : le bon produit est celui qui VOUS correspond. Faites-vous donc VOTRE propre idée de ce qu’est un bon produit.
Pour cela, j’espère que ces conseils vous auront été utiles.

Cet article a été réalisé avec l’aide de Sarah Elgamal, étudiante en 5ème année de pharmacie et créatrice de la marque de cosmétique naturel Embodius, et les esthéticiennes de l’institut Eau de Mélisse à Toulouse. Un grand merci à elles !

Lucyness